73552376Développé à la fin des années 80 aux Etats-Unis, le « Datamatrix » est une forme de codage de plus en plus usité.

Plus performant que le code barre classique, plus sécuritaire, son utilisation se généralise dans presque tous les secteurs industriels.

Gros plan sur cette nouvelle génération de marquage, et ses conséquences pour les convoyeurs à bande.

 

 

 

Le « Datamatrix » (de l’anglais « data », signifiant donnée, et « matrix », voulant dire matrice) est, comme son nom l’indique, composé d’une matrice carré ou rectangulaire, de taille variable en fonction de la quantité d’informations contenue, elle-même divisée en lignes, et représentées par des petits points ronds ou carrés (appelés ici des modules, ndlr). Ces modules, sont soit de couleur blanche, soit de couleur noire, traduisant dès lors un système binaire.

damaMais là où le « Datamatrix » se veut être performant, c’est sur l’incroyable densité d’informations qu’il peut détenir. Jusqu’à 2 335 caractères alphanumériques, ou 3 116 caractères numériques, peuvent être contenus sur environ 1 cm², contre seulement 50 pour son homologue le code barre. De plus, n’autorisant presque aucune erreur de lecture, il se voit aussi être beaucoup plus sécuritaire. En effet, avec ses différents niveaux de sécurité intégrés dans sa symbologie bidimensionnelle à haute densité, il peut être lu en étant partiellement occulté ou dégradé (jusqu’à 30 %), et ce, quelque soit son sens de lecture et d’alignement.

Faisant partit des standards GS1 (organisme mondial de la normalisation des méthodes de codage utilisées dans la chaîne logistique, ndlr), son domaine d’application concerne principalement le marquage de petites pièces. A titre d’exemple, il est utilisé dans certains pays pour l’affranchissement du courrier. Toutefois, ceci va bientôt évoluer.

 

Un changement à plusieurs niveaux

Un avis récent de l’AFSSAPS (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé) indique que, d’ici Janvier 2011, tous les médicaments soumis à l’AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) devront comporter, en plus des mentions légales actuelles, un code 2D Datamatrix contenant un certain nombre d’informations prédéfinies. Plus performant, donc, le « Datamatrix » se généralise. Mais qu’en est il des systèmes d’impressions qui permettent d’inscrire ce fameux code ?

D’un point de vue technique, le « Datamatrix » utilise les même formes d’impression que le code barre classique. Mais là où ce dernier n’a que très peu de contraintes, le « Datamatrix », lui, est bien plus exigeant. Nécessitant une grande précision, sa portée d’écriture se voit réduite à quelques dixième de millimètres (entre 0 et 1 mm). De ce fait, le convoyeur, qui achemine les flacons et autres boîtes de médicament, se doit d’être précis tout en étant rapide et performant. Et pour ce faire, plusieurs systèmes existent.

 

De nouvelles contraintes, de nouveaux convoyeurs!

convoyeur_a_bande_lateraleLe premier type de convoyeur répondant aux critères nécessaire pour l’impression du « Datamatrix », est nommé convoyeur à bandes latérales, ou convoyeur à pincement. Le convoyeur à bande Top Bottom est également utilisable: les bandes sont alors dessus et dessous l’étui, qui se retrouve ainsi solidement pincé. Utilisant deux bandes revêtues de mousse, ces convoyeurs à bande , systèmes, efficaces, se voient être néanmoins limités pour ce type de mission. En effet, avec deux bandes latérales ou en Top Bottom , le nombre de faces visibles, et donc imprimables, sont peu nombreuses. Et c’est pour remédier à cette contrainte qu’un troisième type de convoyeur, ici plus performant, a été développé : le convoyeur à bande par aspiration.

Composé d’un convoyeur dont la bande porteuse est trouée de plusieurs petits orifices, et d’un système d’aspiration par le vide situé en dessous, ce mode d’acheminement se voit être beaucoup plus efficace dans le cadre d’une impression « Datamatrix », car libérant plus de faces imprimables que son grand frère le convoyeur à bandes latérales (pour plus d’informations, se référer à notre article sur le convoyeur BCO V40 Vacuum).

Symbole de l’évolution technologique, le « Datamatrix » est donc l’instigateur de nombreux changements dans le domaine industriel, à l’instar, comme nous venons de le voir, des convoyeurs qui permettent sa bonne impression. Touchant aujourd’hui le secteur pharmaceutique, force est de constater que, dès demain, notre bon vieux code barre risque de partir peu à peu vers une retraite bien méritée